Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

EN VOYAGEANT EN GRECE 

 

« PARNASSOS »

              La forêt nationale de Parnassos a été fondée en 1938. Avec celle de l’Olympe constitue l’un des plus anciens sites de la Grèce et en même temps deux des premiers de l’Europe. Il se trouve à la limite de la frontière entre le département de Fokidas et celui de Viotias. L’étendue de la forêt centrale est de 36 000 hectares. Elle occupe environ 1/3 de la superficie de Parnassos et cela sans compter la zone périphérique de la forêt dont la superficie n’est toujours pas estimée à l’heure actuelle.

             Le Mont Parnassos est imposant, impérieux, les grecs anciens lui attribuaient une dimension sacrée, grâce aux Delphes et l’appelaient aussi « la forêt aux deux pics » à cause de ses deux sommets, Liakouria (2457m) et Gerontovrachos (2435m) ; Ce dernier, à l’époque de la Grèce Antique avait la même réputation que KEADAS.

            Parnassos joue un rôle primordial dans la mythologie grecque : selon certains il tient son nom du fils de Poseïdon Parnassos, selon d’autres il a été appelé ainsi à cause de la densité des arbres. C’est ici qui sont nés les deux derniers éternels symboles de la civilisation grecque : HELLENE et AMPHICHTYON mais en parallèle il est considéré comme le Mont Sacré des Muses. Enfin c’est à Parnassos et plus précisément dans le lieu de divination appelé l’oracle de DELPHES qui a eu lieu la première « amphichtyonie » - l’incarnation de l’idée parhéllénique pour une coexistence pacifique entre les villes - pays . 

            Dans cette région le climat est continental, l’été est doux et l’hiver rude et dure plusieurs mois. Chaque année la région est recouverte par une épaisse couche de neige, environ deux mois. Au printemps et en automne, le climat est tempéré et on observe souvent des alternances entre périodes de grands ensoleillements et périodes de pluies.

            Malgré l’uniformité de sa végétation c’est le sapin Abies Cephalonica qui domine 30 000 hectares – la forêt offre un nombre considérable de plantes rares. La plupart de ces plantes se trouvent vers les sommets de Parnassos. Précisément on cite : Paeonia Parnassica, Suteréja Parnassica, Thymus Parnassicus, Astragalun Parnassi, Cilium Chalcaedonicum, Campanula Aizoon, Omphalodes Lucilae, Verbascuw Delphicum, Morina Persica, etc.

Dans la forêt de sapins on peut rencontrer plusieurs sortes de mirabelles sauvages, de Krataige et de cèdre ou en petit groupe. Dans le nord-est de la montagne près de la frontière de la forêt existent des rangées de pins noirs.

            On peut rencontrer des animaux communs tels que le renard, le loir, la chèvre ou l’écureuil, des espèces de rongeurs et des insectivores. Le chacal et le furet sont rares mais encore plus rare est le loup que lorsque l’hiver est très rude descend de Pinde.

            En ce qui concerne la faune avicole de Parnassos il y a une telle abondance des oiseaux rares que pour les observateurs d’oiseaux est un vrai paradis. Ces oiseaux trouvent leurs niches dans la partie sud-est de la forêt. Les rapaces caractéristiques sont : Gypaetcus Gallicus, Neophronpercopterus, Gips Filnus, Circaetos gallinus, Aquala Chrysaetos, Hieratus Pennatus, Falco Peregninus, Falco Biarmicus etc.

            Du côté du sud de Parnassos, on rencontre des couples de Gypartes, deux ou trois couples de Chrysoetes, de Falco Pevegiums beaucoup de couples de buses et un couple de Gyps noirs.

L’existence de ces rapaces est dûe à la concentration de troupeaux de Cheptels. A part les rapaces rares mentionnés plus haut, il existe 4 espèces de piverts, quelques perdrix, (Alectovis Graeca), de pigeons sauvages, plusieurs corneilles (Pyzrhocarax Pyzrhocorax), divers rapaces de nuit et beaucoup d’autres espèces plus petites (des passériformes).

            On peut également rencontrer plusieurs espèces de serpents, de lézards, des insectes et des araignées. Ceci dit le monde animal a été étudié très peu.

            Pour se rapprocher de la forêt, il faut passer par les routes départementales qui relient Arachova avec Heptalophos et Amphyclia. A partir de routes départementales on peut atteindre tous les coins de la forêt par des petits chemins. L’ouest de Parnassos est connu sous le nom de E4. L’itinéraire commence à DELPHES. Au début, il emprunte un ancien sentier en briques pour ensuite poursuivre entre les plateaux et les forêts de sapins pour finir après 7-8 heures à Heptalophos. Dès heptalophos le chemin s’oriente vers l’ouest en passant par les côtes du sommet Gerolekas et conduit à travers les forêts de sapin à « 51 » à environ 7 heures.

            Aux alentours de la forêt fonctionnent des centres de ski comme celui de l’Organisme Touristique Grec (Ferolaka, Kotodedro, Gerontovlachos et Kelaria) ou celui du Club de Ski d’Athènes dans la position Savadavi près du refuge de la liaison d’alpinisme grec d’Athènes. Dans les centres de ski et sur la route centrale des restaurants sont ouverts tout l’hiver.

 « AMPHYCLIA »  

Elle est la capitale de la mairie homonyme qui inclue les départements municipaux d’Amphiclia, Drymaia, Paleochorio, Xilikoi, Tithronio et Bralos et appartient au département de Phtiotidos en Grèce continentale.

            Elle se situe au pied de Parnassos et devant elle s’étend la vallée du Fleuve KIFISSOS. 14 kilomètres la sépare du Centre de ski de Parnassos et 181 kilomètres d’Athènes. Elle est en relation avec le réseau ferroviaire où le départ des trains s’effectue tous les jours.

            Elle est le centre d’une région agricole avec des cultures de tabac, de coton et de céréales. Les dernières années le tourisme d’Amphyclia est en plein essor. En cela contribue le centre de ski de Parnassos qui se trouve à côté. Tous les ans en hiver, des centaines  d’amateurs de sports d’hiver envahissent le centre tous les week-ends.

Elle se trouve également près d’Athènes dans une région où la végétation est en abondance avec de splendides maisons d’hôtes et de tavernes traditionnelles qui préparent de délicieux mets de la région de Roumeli.

Sans oublier les habitants de cette ville, qui sont simples et accueillants, Amphyclia est en train de devenir un lieu touristique très prisé, idéal pour échapper à la routine des grandes villes et aussi par les vacanciers.

            Amphyclia est une petite ville avec une histoire qui date de l’Antiquité. Le nom d’origine était Amphikaia, elle a été détruite par les Perses. A l’époque byzantine et après elle a été rebaptisée Dadi ou Dadion (Aujourd’hui encore elle est connu sous ce nom là par les habitants de la région). En tout cas le mot dadi est le diminutif du mot « das » qui provient du verbe « daio » qui signifie mettre le feu, bruler. Le nom Dadi est maintenu jusqu’à 1915 date clé où la loi du Ministère de l’Intérieur a donné à la ville le nom d’Amphyclia et l’a proclamé en même temps centre administratif , culturel et économique de la région, place qu’elle tient jusqu’à aujourd’hui. L’époque de l’emprise Turque a été très prospère pour elle notamment son application pour la libération de la Grèce.

            D’un point de vue culturelle Amphyclia est un lieu à part. L’architecture de la ville est caractéristique des magnifiques ruelles traditionnelles, de somptueuses églises, de fontaines d’une beauté exceptionnelle et de splendides squares composent une image plus que flatteuse de cette cité. Un tableau unique si on ajoute à cela la beauté naturelle de la région.

            En parallèle toutes les traditions de Roumeli sont conservées.

            Au carnaval, on peut découvrir le défilé de déguisement et le traditionnel allumage du feu (Hei) dans les quartiers du village et le grand (Hei) qui se déroule à la grande place du village (restes de fêtes dionysakes) avec la danse de déguisés accompagnés de tambours er de cornets.

            Le Lundi Pur après l’envol du cerf-volant on poursuit la fête à la place du village avec le traditionnel cassoulet, faluche, et autres repas du carême , de la danse avec tambour, et cornets, hautbois et tambourins.

            A Pâques, avec la participation de tous les habitants, on fait cuire le traditionnel rôti d’agneau dans tous les quartiers et on entend « Jésus est Ressuscité » (« Christos Anesti ») mêlé à des chansons folkloriques grecques.

            Le 21 novembre se prépare la fête locale du pain avec la grande préparation traditionnelle unique en Grèce.

            Le 5 décembre la veille de la Saint Nicolas on fait cuire le « chondros » (préparation à base de blé) qu’on distribue aux invités. 

  Information par

 Τexte traduit par Flore PITSIKALI et A.ARZIMANOGLOU

             Στην παρουσίαση αυτή που όπως προαναφέρθηκε έγινε με στοιχεία που συγκεντρώθηκαν από διάφορες διαδικτυακές  διευθύνσεις θα μου επιτρέψετε να προσθέσω κάτι πολύ προσωπικό.

            Ο λόγος είναι γιατί στο  Δαδί  έχω αφήσει ένα κομμάτι της καρδιάς μου και από το Δαδί κουβαλώ επτά χρόνων παιδικές αναμνήσεις. Μία από τις εντονότερες είναι η ανάμνηση του «Δαδιώτικου Πάσχα».  

            Παρ΄όλο που πάνε πολλά χρόνια από τότε, το αίσθημα της στέρησης εξακολουθεί να είναι έντονο κάθε χρόνο την ημέρα του Πάσχα. Θέλετε επειδή ήμουν παιδί κι έτσι κι αλλιώς ήταν όμορφα, ή γιατί στη συνέχεια δεν βρέθηκα σε τόπους με έντονη την παράδοση ; Στ΄αλήθεια δεν ξέρω.

           Για  ένα είμαι  σίγουρη. Λυπάμαι για το ότι δεν έχει περάσει έντονα στην συνείδηση όλων των εκτός (αλλά και μερικές φορές και εντός) Ελλάδας Ελλήνων, το χρέος μας  για τη διατήρηση της ελληνικής μας κληρονομιάς.

 

 

« ΚΑΛΟ ΠΑΣΧΑ ΕΛΛΗΝΙΚΟ »

 Ίσως για κάποιους από μας

 « ΚΑΛΟ ΠΑΣΧΑ ΡΟΥΜΕΛΙΩΤΙΚΟ »

 Και γιατί όχι

 « ΚΑΛΟ  ΠΑΣΧΑ  ΔΑΔΙΩΤΙΚΟ; »

 Μαρία ΧΟΧΛΑΚΗ-ΣΕΛΙΝΙΩΤΑΚΗ

 

 

            Après avoir présenté toutes ces informations, je voudrais ajouter une note très personnelle.

             La raison par laquelle Dadi est l’endroit où j’ai laissé une partie de mon cœur est que j’ai plein de souvenirs d’enfance, notamment le « Diadotiko Pâques ».

             Malgré les années qui passent, je garde encore aujourd’hui un sentiment de frustration les jours de Pâques peut-être parce que j’étais encore une enfant ou tout simplement parce que je n’ai pas retrouvé par la suite l’esprit de traditions que je garde au fond de mon cœur, vraiment je ne sais pas.

            Je suis certaine d’une chose : il est de notre devoir en tant que Grecs de perpétuer notre héritage. Je regrette néanmoins que nombre d’entre nous n’aient assimilés leur rôle en diaspora…

 Photo par D.maire adj oint d’Amphyclia

Tag(s) : #Divers - Διάφορα

Partager cet article

Repost 0